CHAMPIONS DU MONDE ?

July 3, 2018

 

 

 

Il n’y a pas de secret : une bonne performance sportive – qu’elle soit individuelle ou collective – requiert une préparation adaptée.

 

L’entrainement est d’abord physique. Il suppose une discipline certaine et une rigueur soutenue.

 

Sportifs addicts ou coureurs du dimanche, l’effort physique demeure vain s’il n’est accompagné d’un mental à toute épreuve.

 

Connaître ses capacités, gérer son énergie, savoir communiquer, anticiper la stratégie de l’adversaire, relever un défi, savoir se dépasser, « encaisser » l’échec, savoir gagner et gérer les victoires : le physique n’y peut rien, le mental autorise tout.

 

A bien des égards, les logiques d’entreprise (nous parlons bien de « gestion des ressources humaines ») et les logiques sportives convergent.

 

Inutile ici de louer les bienfaits du sport sur l’organisme, son impact sur l’économie locale.

 

Les vertus sportives, en ce qu’elles invitent à la performance individuelle ou collective, à la cohésion, à la connaissance et au dépassement de soi, au respect de l’autre, ont toute leur place dans une collectivité de travail qu’il s’agit de mobiliser vers un objectif commun, après avoir su en identifier les forces, les singularités, pour tirer le meilleur de chacun.

 

64% des français déclarent exercer une activité physique régulière selon les chiffres récents du Ministère des sports. Pourtant, peu d’entreprises facilitent la pratique d’une activité sportive en son sein ou à l’extérieur.

 

Et si le sport venait supplanter les traditionnels séminaires et autres opérations de « team building » ?

 

Gageons qu’il en soit ainsi, gageons que la fonction RH en perçoive les bienfaits, encourage la pratique, en tire les bénéfices.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

PLUS FORTS QUE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ?

January 9, 2018

1/1
Please reload

Posts Récents

September 3, 2019

March 21, 2019

February 11, 2019