Pas de drogues au travail!

October 15, 2017

L

 

La consommation de substances à effets psychoactifs (qui agissent directement sur le cerveau) dans le monde du travail est difficile à appréhender. La question relève souvent du tabou spécifiquement lorsqu'il s'agit de produits stupéfiants illicites (cannabis, cocaïne, amphétamines, MDMA ou produits de synthèses). Peu de statistiques – et pour cause – sur le phénomène et son ampleur, à telle enseigne que l'on finirait par croire qu'il s'agit d'une légende ou d'un fantasme. Mais pourquoi le milieu professionnel demeurerait-il à l'écart de ces pratiques addictives ? Pourquoi l'entreprise devrait-elle s'en soucier ?

Tout d'abord, qu'on l'admette ou qu'on le déplore, l'entreprise se voit attribuer une responsabilité sociétale. En outre et surtout, l'impact en milieu professionnel des pratiques addictives est indéniable. Au delà de risques chroniques (pathologies diverses, dépressions etc), la consommation de substances psychoactives (alcool, tabac, cannabis et autres produits stupéfiants illicites, psychotropes etc..) présente indéniablement des risques immédiats (somnolence, diminution de la vigilance ou des réflexes, accès de violence verbale ou physique). Les conséquences sociales (absentéisme, difficultés relationnelles en équipe) et en matière de sécurité (accidents du travail ou de trajet) – bien que plus difficilement mesurables – restent perceptibles et tout cela a un coût pour l'entreprise.

Il convient donc de savoir reconnaître la pratique addictive (ce qui reste délicat, particulièrement lorsqu'il s'agit d'une addiction comportementale comme le workaholisme) et sans oeillère tant il est aisé de l'ignorer lorsque la performance est là. Mais la détection ne suffit pas : il faut savoir différencier la ou les causes des conséquences de l'addiction. L'addiction est-elle le résultat de dysfonctionnements au travail (la consommation aura un effet euphorisant pour un individu en situation de surmenage) ou s'agit-il d'une stratégie individuelle de compensation (d'un collaborateur qui ne se sentirait pas à la hauteur) ? Appréhender le phénomène des addictions en entreprise est une tâche complexe. Les moyens de l'entreprise sont souvent inadaptés. Le temps à y consacrer réduit.

PlatefoRHm, ses compétences, son expertise, est là pour combler ces manques et vous inviter à créer les conditions d'une autre dépendance, génératrice de vrais plaisirs celle-ci : une addiction au bonheur !

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

PLUS FORTS QUE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ?

January 9, 2018

1/1
Please reload

Posts Récents

September 3, 2019

March 21, 2019

February 11, 2019

January 25, 2019

Please reload